Pédale d’effet analogique ou numérique ?

pédale d'effet analogique ou numerique

Depuis les années 60, les guitaristes utilisent des pédales d’effet pour modifier le son qui sort du haut-parleur en manipulant le signal électrique qui circule entre l’ampli et l’instrument. En matière d’effets pour guitare électrique, le monde se divise en deux catégories : l’analogique utilisé pour la conception des toutes premières pédales et le numérique apparu dans les années 80.

Les vibrations des cordes de la guitare sont converties en courant électrique par les micros. Les pédales d’effet analogiques traitent ce signal de façon continue tandis que les effets numériques transforment le signal analogique en signal numérique (à base de « uns » et de « zéros ») pour lui appliquer des traitements et le reconvertissent ensuite en signal analogique.

La représentation d’un signal analogique est une courbe continue, tandis qu’un signal numérique pourra être visualisé par un histogramme qui contient des micro-coupures inaudibles pour l’oreille humaine.

Signal analogique et numérique

Représentation d’un signal analogique et d’un signal numérique

Les effets numériques, réalisés avec des puces électroniques, sont moins chers à produire que leurs équivalents analogiques construits avec des transistors. Ils prennent également beaucoup moins de place et sont beaucoup moins lourds à transporter. Les pédaliers numériques, largement répandus, permettent ainsi de caser des dizaines d’effets tout en réduisant l’encombrement pour un budget minimum. Une solution qui séduit en premier lieu les débutants mais aussi ceux qui ne veulent pas s’embêter avec les branchements ou qui n’ont pas les moyens d’acquérir une armada de pédales analogiques.

Multi-effet Boss ME80

Le pédalier multi-effet Boss ME80 embarque 8 types d’effets différents et de nombreuses variations

Les effets numériques présentent donc énormément d’avantages mais qu’en est-il du sacro-saint « son » ? C’est bien sûr là où le bas blesse puisque le rôle de l’effet numérique est la plupart du temps d’imiter le son que produirait un effet analogique. Il est donc logique qu’une imitation ne puisse surpasser l’original. Lorsqu’il est numérisé puis retranscrit en analogique, le signal peut être dégradé. On perd de la dynamique, la personnalité de l’instrument est plus ou moins effacée au profit d’une uniformisation du son et les nuances de jeu peuvent être gommées.

Néanmoins, la qualité sonore des produits numériques s’est considérablement améliorée ces dernières années et certains effets numériques se rapprochent fortement de leurs modèles analogiques. Je pense notamment aux effets de modulation (delay, tremolo, vibrato), réverbération et répétition. Il n’en n’est pas de même avec les effets de saturation (overdrive, Distorsion, Fuzz) qui restent bien en dessous de ce que peut réaliser un module analogique. Pour exemple, la pédale de delay digitale DL4 de Line6 est présente depuis plus de 15 ans sur le pedalboard des plus grands guitaristes comme John Frusciante (Red Hot Chili Peppers) ou Noël Gallagher (Oasis) pourtant adeptes de matériels vintages analogiques. La Whammy de Digitech est encore un bon exemple de pédale numérique qu’on retrouve aux côtés des meilleures pédales analogiques sur de nombreux pedalboards. La marque danoise TC Electronic réalise aussi de très bonnes pédales numériques toujours dans le domaines des modulations.

Certaines fonctionnalités ne sont d’ailleurs parfois disponibles que sur des modules numériques (ou sont moins efficaces en analogique) comme le tap tempo qui permet d’ajuster le retard d’un delay en tapotant son pied sur la pédale ou le looper qui consiste à enregistrer des pistes de guitare pour les stocker et les rejouer en boucle.

En dehors de ces exceptions, une fois qu’on a branché une bonne guitare électrique dans un ampli à lampes à travers une distorsion analogique, il est dur de revenir en arrière et de lui préférer le son des effets numériques.

Certains adeptes de l’analogique apprécient également de pouvoir paramétrer simplement les réglages de chaque effet avec des potards dédiés alors que certains multi-effets peuvent s’avérer complexes à programmer même si la possibilité de créer des presets peut s’avérer très utile. Enfin le passionné et chercheur en son sera plus à l’aise en assemblant son propre set de pédales interchangeables tandis que les moins exigeants pareront au plus pressé et privilégieront les multi-effets.

Analogique ou numérique : c’est à vous de voir en fonction de votre bourse, de l’importance que vous accordez à l’encombrement et de vos exigences en matière de son. Pour les allergiques aux multi-effets, certaines pédales numériques dédiées à un seul effet sont des références dans leur domaine : Electro-Harmonix Holy Grail, Digitech Whammy, Line6 DL4, Digitech Flashback, Boss DD-7 Digital Delay… Aujourd’hui la configuration optimum au niveau du son et de la créativité est sans doute un mélange des deux mondes.

Les tableaux ci-dessous résument les avantages et inconvénients des deux technologies.

[table id=2 /]

[table id=3 /]