L'édition Get Fuzzed Silver Knob de Stumpbox Pedals offre une sortie magnifiquement riche en harmoniques et chaleureuse, proche du style germanium, à partir d'un circuit en silicium intelligemment calibré.

Stumpbox Pedals est Andy Banks, résident du Merseyside, un ingénieur en électronique et électricité depuis toujours avec une expérience et une expertise inhabituellement variées dans ce secteur. Comme pour de nombreuses histoires d'origine, Stumpbox a commencé comme un passe-temps et une idée – influencé par une vie d'inspiration par les circuits de fuzz classiques, et par les travaux de Mike Piera d'Analog.Man en particulier.

La gamme Stumpbox se compose actuellement de 3 fuzz, partageant toutes exactement le même style de boîtier vert, tout en se différenciant par la sélection de leurs boutons. Les boutons argentés indiquent la face Silicon Type III Fuzz, les boutons noirs signifient une version intelligente du Woolly Mammoth Bass Fuzz de Zvex, et enfin les boutons dorés signifient le Sam Ash AstroTone Fuzz – plus spécifiquement la version Analog.Man sur ce circuit.

Passons donc au Silver Knob Get Fuzzed Fuzz dont parle cet article – qui est en grande partie une Fuzz Face de style Type III – où le type I est du Germanium Newmarket NKT275 et équivalent (AC125 très à l'origine !), le type II est le silicium BC108 / BC109, et Le type III est la variété de silicium BC183 plus chaude à consonance germanium.

Cette édition Silver est en grande partie basée sur un classique Analog.Man Sun Face – qui mélange des transistors BC182B et BC183L – variétés à gain moyen et faible respectivement. Ces transistors et les composants qui les soutiennent offrent la saveur la plus chaleureuse proche du germanium que le silicium puisse générer. Ils sonnent vraiment extrêmement proche du germanium – avec des textures riches en harmoniques vraiment impressionnantes. Cette combinaison de transistors est probablement la meilleure Fuzz Face de Type III que j'ai expérimentée à ce jour.

Il y a quelques facettes relativement inhabituelles dans cette exécution particulière – vous avez un système de contrôles de Bias jumeaux – un trimmer Q2 interne qui définit en quelque sorte la plage, qui est ensuite affinée par le Bias externe/de surface – qui donne vraiment un rendu EQ à cet égard. Ainsi, la sélection du biais externe agit comme une sorte de filtre Hi-Cut / LPF, tandis que la sélection dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ajoute davantage de médiums supérieurs. J'aime plutôt ça vers 8h/9h.

Le cône Fuzz est également assez inhabituel dans la large bande de balayage richement texturé – ce qui est déjà évident à mi-chemin. Généralement, avec les Fuzz Faces, vous êtes en quelque sorte habitué à diminuer le volume et le gain pour obtenir ce plein d'harmoniques – sur cette pédale, bien que cette action commence à merveille beaucoup plus loin dans le balayage – de sorte qu'environ 3 o'c est optimal pour moi.

Contrôles – Volume, Fuzz, Bias 2 / EQ, Interne } Tension / Plage de polarisation Q2, Niveau d'entrée / Gain.

Notez que les positions par défaut sur les trimmers internes sont marquées par des points jaunes – vous pouvez donc facilement revenir aux paramètres par défaut si vous les avez ajustés de quelque manière que ce soit.

En général, j'obtiens des textures et des harmoniques de pointe optimales avec Volume @ Max, Fuzz @ 3 o'c et Bias à environ 8 o'c. La pédale sonne tellement bien avec sa configuration par défaut – je n'ai pas du tout ressenti le besoin d'ajuster les trims internes – j'aime vraiment la configuration par défaut !

C'est un représentant vraiment merveilleux du genre – et comme je l'ai dit – la Fuzz Face Type III avec le meilleur son que j'ai connu à ce jour.

Bien sûr, il faut prendre le brut avec le lisse, et j'ai juste quelques remarques et observations assez insignifiantes à partager – toutes très mineures. Premièrement, le choix de boutons argentés spécifiques pose des problèmes de lisibilité car vous ne pouvez pas voir les marqueurs de découpe depuis une position debout – en fait, dans de nombreuses conditions d'éclairage, vous n'avez aucune idée visuelle de l'endroit où pointent ces boutons – ils sont quelque peu invisibles ! Deuxièmement – et je suppose en partie lié aux racines du circuit vintage de cette fuzz – je trouve le volume de sortie global un peu inférieur, ce qui n'est certainement pas inhabituel pour les Fuzz Faces, mais ce serait bien d'avoir un peu plus de sortie.

Et enfin, Andy fait ce qu'il faut en plaçant un autocollant QC sur le circuit imprimé – alors que ceux-ci devraient vraiment être paraphés – pour indiquer exactement qui se porte garant de la qualité de cette pédale. Un autocollant non paraphé est beaucoup plus faible qu'un autocollant personnellement identifiable – même si c'est Andy qui fabrique toutes ces pédales – leurs initiales devraient vraiment être pleinement visibles comme un sceau garanti de qualité en tant que tel ! Une bonne référence pour cela est la façon dont les premières pédales de distorsion ProCo Rat ont été signées par les personnes qui les ont assemblées – y compris les célèbres éditions « Woodcutter » !

Dans l'ensemble, je ne pourrais pas être plus satisfait de cette Fuzz – je suppose que le boîtier vert sera un peu hasardeux pour certains – mais l'ensemble est vraiment solide et offre un rapport qualité-prix extraordinaire à 129 £ / 160 $.

Et juste pour mémoire, c'est Fuzz Face #102 dans ma collection de référence ! L'une des variétés de silicium les plus sonores que j'ai rencontrées – et certainement le type III le plus sonore. Ceux-ci sont disponibles via la boutique en ligne FX Pedal Planet de mon bon ami Steve, ainsi que directement depuis le site Web de Stumpbox Pedals.

Laisser un commentaire

5 × 2 =