Matos de légende #10 – La cabine Leslie

leslie

En 1937, Donald Leslie, ingénieur en électronique, met au point un système d’amplification innovant doté de diffuseurs rotatifs basé sur le principe de l’effet doppler. Commercialisée en 1940, la cabine Leslie reste aujourd’hui une référence, particulièrement pour l’amplification des orgues Hammond.

Les origines

Vers la fin des années 30, Donald Leslie se procure un orgue et une cabine Hammond. Déçu par la piètre qualité de l’effet tremolo, Leslie décide de fabriquer sa propre cabine d’amplification équipée de systèmes rotatifs pour les aigus et les basses contrôlés par un boitier. La cabine Leslie ou cabine « VIBRATONE » permet de reproduire deux effets. Le premier simule un effet « chorale » qui correspond au son d’un orgue d’église produit par la réverbération du lieu et la réflexion des murs tandis que le deuxième est un effet de « vibrato ».

Comment ça marche ?

La cabine Leslie est constituée d’une amplification à lampes et de deux haut-parleurs dirigés vers des diffuseurs rotatifs situés en bas et en haut de la cabine. Le son est filtré de façon à séparer les graves et les aigus pour qu’ils soient re-dirigés chacun vers un haut-parleur différent. Le haut-parleur des basses est dirigé vers le bas et diffuse le son vers un tambour rotatif et le haut-parleur des aigus dirigé vers le haut diffuse le son vers une double trompette rotative. La vitesse de rotation du tambour est inférieure à celle des deux trompettes et a un temps d’accélération et de décélération plus élevé que celui des trompettes. La rotation mise en place permet de faire varier l’amplitude du son (le son s’approche et s’éloigne), le panoramique (le son se déplace de gauche à droite), la fréquence et la phase. On obtient ainsi une modulation du son qui semble s’éloigner puis se rapprocher (effet Doppler). La selection de la vitesse de rotation permet de produire au choix l’effet chorale ou l’effet vibrato.

Cabine Leslie

L’intérieur d’une cabine Leslie

L’utilisation de la cabine Leslie

L’application la plus commune de la cabine Leslie et la raison première de son invention est d’amplifier les orgues Hammond. L’exemple le plus marquant dans la musique populaire est son utilisation dans « A Whiter Shade Of Pale » du groupe « Procol Harum » en 1967. Pour vous faire une idée, vous pouvez aussi écouter « Gimme Some Lovin » de « The Spencer Davis Group », un autre classique de la pop des années 60. Mais la cabine Leslie a aussi été utilisée sur d’autres instruments. Lors de l’enregistrement du titre « Little Wing » en 1967, Jimi Hendrix branche sa guitare directement dans une cabine Leslie. Sur scène, Hendrix utilisera une pédale Univibe simulant l’effet Doppler. George Harrison l’utilise aussi sur sa guitare lors de l’enregistrement de « Lucy in the Sky with Diamonds ». Les Beatles l’expérimenteront même sur la voix de John Lennon dans la chanson « Tomorrow Never Knows » en 1966. Parmi les guitaristes adeptes de la cabine Leslie, on peut aussi citer Stevie Ray Vaughan, Billy Gibbons et David Gilmour.

En complément d’information, je vous invite à visionner cette vidéo extraite de l’émission « Pawn Stars » qui parle des cabines Leslie.

Aujourd’hui, de nombreuses pédales de guitare proposent de simuler l’utilisation d’une cabine Leslie, parmi lesquelles : Electro-Harmonix Lester G Deluxe Rotary Speaker, Boss RT-20, Roto-Machine Line 6 ToneCore, Behringer RM600, Dunlop UniVibe, Strymon Lex, Korg G4, Tech21 Roto Choir, Rolls RP147 Rotorhorn, Eventide ModFactor, Digitech EX7, Neo Ventilator, GSI Burn et Hammond Digital Leslie Pedal.

On termine en musique avec une sélection de chansons enregistrées avec des cabines Leslie.

Lien vers la page officielle des produits Leslie commercialisés aujourd’hui par Suzuki Musical Instrument Corporation.