Mike Portnoy explique ce que les batteurs ne comprennent pas à propos de Lars Ulrich de Metallica : « Sa batterie était révolutionnaire »

Récemment, la légende de la batterie de métal progressif Mike Portnoy s’est entretenu avec le magazine Revolver pour discuter de ce qu’il considère comme les plus grands batteurs de tous les temps. Avec la liste qui comporte 11 entrées, Portnoy a également fait appel à Lars Ulrich de Metallica, le citant comme l’une de ses plus grandes influences, en particulier avec le matériel plus ancien du groupe.

Ce qui est un peu bizarre ou même controversé, c’est la façon dont Lars se fait souvent critiquer pour un supposé manque de compétences techniques. Bien que, d’une part, il y ait certainement quelque chose dans ce genre d’accusations, nous devrions toujours nous souvenir de l’impact de Lars ainsi que de ses incroyables performances sur les quatre premiers albums de Metallica.

Et c’est exactement ce que Mike Portnoy a souligné, remontant jusqu’aux débuts du groupe, en disant (transcription via Ultimate Guitar) :

« Vers 1983, j’ai entendu ‘Kill ‘Em All’ de Metallica, et Lars Ulrich a bouleversé mon monde. Je ne saurais trop dire à quel point il a eu un impact sur moi. Et, vous savez, il prend une raclée dans le monde du tambour. Beaucoup de batteurs aiment dire du mal de lui, mais je ne suis pas d’accord.« 

Comme l’ajoute Mike, l’influence de Lars a été extrêmement importante pour le développement de la musique rock et métal moderne, en particulier avec la façon dont il a dirigé Metallica. Il a continué:

«Je pense que Lars est extrêmement important pour le monde de la batterie. C’était le genre de batteur que j’admirais, c’était comme le leader de son groupe ; on pouvait dire qu’il était derrière l’écriture, la production, la marchandise et tout ça.« 

De plus, Mike ajoute également qu’il a toujours voulu être ce batteur de son ancien groupe Dream Theater, expliquant :

« Et la façon dont il a dirigé Metallica – et le fait encore aujourd’hui – était quelque chose qui a eu un énorme impact énorme sur moi. Quand j’ai créé Dream Theater, je voulais être ce genre de batteur, qui [is] pratique avec tout et avait le contrôle sur ce que vous faisiez.« 

De plus, Portnoy a qualifié la batterie de Lars Ulrich de « révolutionnaire », ce qui a finalement eu un impact énorme sur l’ensemble du genre. Mike a conclu en ajoutant :

« Son jeu de batterie était révolutionnaire. La batterie sur ‘Kill ‘Em All’ et ‘Ride the Lightning’ et ‘Master of Puppets’, ‘…and Justice For All’ – la batterie sur ces albums a eu un énorme impact sur moi, et continue à ce jour. Et je ne peux pas dire à quel point il est important pour la batterie et le monde du métal en général.

Lars se faire critiquer n’est pas exactement la chose la plus récente dans le monde du métal. Bien que certains fans et musiciens n’apprécient peut-être pas son état actuel de compétences en matière de batterie, Lars a reçu de nombreux éloges pour son impact incroyable sur la musique métal.

Mario Duplantier de Gojira est une autre légende du batteur de métal moderne qui a abordé le problème récemment. Dans une récente interview, il est même allé jusqu’à déclarer que Lars mérite « justice » après avoir reçu tant d’attention négative au fil des ans. Mario propose :

« Nous devons lui rendre justice, car il ne s’agit pas de changer de rythme. C’est ce qu’il a créé dans le passé. Je suis un peu fatigué de voir toute cette conversation sur Lars parce que ce qu’il a créé est assez unique. Écoutez ce putain de ‘…And Justice For All’. C’est incroyable. »

Et, en dehors de la musique elle-même, Lars a également apporté une attitude et une image avec Mario ajoutant :

« C’est très physique et ce qu’il a apporté à la table à l’époque – vous savez, jouer sans maillot et faire toutes ces grimaces, et se tenir debout derrière les maillots – est presque plus important que le reste. C’est la personnalité sur scène pour moi quand j’étais enfant, j’étais juste fasciné.« 

«Ce n’était pas une question de technique, vous savez? « C’est serré ? Est-il [playing well]?’ Je m’en foutais. Je viens de voir quelqu’un derrière la batterie. Une vraie personnalité. »

Dans une autre interview récente, Mike Portnoy a également salué l’approche de Metallica pour faire de la musique à l’époque. Bien sûr, il y avait des groupes qui ont fait une énorme différence dans les années 1970 et au début des années 1980, des noms comme Iron Maiden, Judas Priest, AC/DC, Black Sabbath, Deep Purple et bien d’autres.

Cependant, comme Mike l’a expliqué, Metallica a apporté quelque chose de complètement différent avec son premier album « Kill ‘Em All » en 1983. Se souvenant de cet album, Mike a déclaré :

« C’est celui qui a complètement changé mon écoute. Et c’était celui-ci, le premier album de Metallica « Kill ‘Em All ». Ouais, AC/DC, [Black] Sabbat, [Judas] Prêtre – ils étaient tous lourds. Mais quand cela est sorti, vous n’aviez jamais rien entendu d’aussi cru, croustillant et rapide.

« J’ai entendu ‘The Four Horsemen’ et ‘Seek and Destroy’ et ‘No Remorse’ et ‘Hit the Lights’, ‘Whiplash’, ‘Metal Militia’… Chaque chanson ici était comme ‘Holy shit!’ Vous n’aviez jamais rien entendu d’aussi rapide, d’aussi brut, d’aussi énergique.

« Vous savez, la basse, entendre la basse de Cliff Burton… Vous n’aviez jamais entendu une basse jouer comme ça. Je veux dire, vous aviez Geezer Butler et vous aviez Lemmy jusqu’à ce point. Mais Cliff le portait à un autre niveau. Vous avez entendu ce solo de basse sur cet album, c’était comme ‘Qu’est-ce que c’est que ce bordel?’

Ailleurs dans cette interview, Mike revient également sur les premières étapes de son parcours musical. Réfléchissant à l’une de ses plus grandes influences, Rush et le légendaire batteur du trio prog Neil Peart, Mike a déclaré :

« Alors est venu le changeur de jeu pour moi et j’ai découvert Rush et Neil Peart. Pendant toute mon adolescence, Neil et Rush étaient… C’était tout. J’ai vécu, respiré et dormi, et j’ai chié [laughs] Neil et Rush. Et c’était celui-là ! »

« Croyez-le ou non, beaucoup de gens pensent que j’ai découvert Rush beaucoup plus tôt. Je ne l’ai pas fait. Je les ai découverts avec ‘Moving Pictures’ et j’ai reculé.

« La principale raison pour laquelle je n’ai jamais donné l’heure à Rush était… j’entendais Geddy’s [Lee] voix à la radio. Et je les ai juste considérés comme une sorte de groupe comme Supertramp ou Styx. Vous savez, juste ces voix aiguës. Mais je n’ai jamais réalisé la musicalité et la batterie.

« Et puis quelqu’un a joué ‘YYZ’ sans le… Je ne veux pas utiliser le mot ‘distraction’ mais il n’y avait pas la voix de Geddy sur laquelle s’accrocher. Et ça m’a forcé à écouter la batterie, la basse et la guitare. Et quand j’ai entendu ‘YYZ’, je me suis dit ‘Putain de merde, ces gars peuvent jouer !’

« Vous savez, j’ai grandi avec Keith Moon, John Bonham, Ringo [Starr], Peter Criss comme mes héros. Mais ensuite j’ai entendu Neil et je me suis dit ‘Mec, je dois apprendre à jouer de la batterie comme ça, j’ai besoin d’un kit de batterie comme ça.’

Photos : Germán Rojas (MIKE PORTNOY @ Teatro ABC (37281296834)), Ralph Arvesen (Lars Ulrich 2017)

Laisser un commentaire

cinq × un =