Rabbit Hole FX crée quelques octaves fuzz bien noueuses et viscérales que vous pouvez apprivoiser si vous le devez – avec un Clean Channel Blend

J’ai toujours regroupé les pédales Fuzz en grande partie en trois catégories – bonnes pour les débutants, puis les intermédiaires et enfin – les avancées. Et dans ce cas, je pense que nous sommes fermement en territoire intermédiaire car il y a un talent et une compétence ici pour composer les points forts de chaque fuzz – ce qui implique généralement de peaufiner plusieurs contrôles en tandem. Et cela est en partie lié au nombre de tons et de textures différents que l’on peut trouver à bord.

Les deux pédales ont évolué de manière très significative par rapport à leurs inspirations d’origine – en fait, je les considère comme des pédales assez différentes et distinctes de celles-ci – même si elles partagent un certain ADN de circuit. Alors que Safia Harrison et ses ingénieurs ont tellement déplacé ces circuits qu’ils sont vraiment indiscernables de leurs sources et bien plus leur propre truc.

Chacun de ces éléments nécessite d’équilibrer les niveaux de différents boutons en tandem – loin d’être aussi fastidieux qu’une Fuzz Factory peut l’être – mais il y a une légère courbe d’apprentissage ici – et la patience est vraiment payante à long terme.

Les deux Fuzz ont des octaves supérieures, l’une activée par un interrupteur et l’autre en composant le bouton « Chaos ». Ce qui est encore plus inhabituel ici, c’est que les deux fuzz sont livrés avec un contrôle de volume Clean Channel – ce qui signifie que ces fuzz sont totalement tueurs pour les bassistes car ils peuvent contrôler la quantité de signal qui est fuzzée – et la quantité de signal de base qui est préservée pour prêter davantage de dynamique et d’articulation de jeu.

En tant que fan de fuzz, j’ai l’habitude de réduire presque immédiatement les cadrans Fuzz Gain et Level – alors qu’avec ces pédales, cela ne s’applique pas tant qu’il y a tellement d’autres tonalités et textures de haut en bas de ces cadrans.

Les deux sont en fait relativement faciles à déployer – alors que je me retrouve à peaufiner très précisément les différents niveaux de bouton pour obtenir précisément le bon équilibre de texture, d’harmoniques et d’articulation.

Avec le ‘Merkin, vous avez 2 commutateurs binaires où vous pouvez en quelque sorte régler les 3 cadrans sur votre son à peu près préféré, puis activer et désactiver les basses et l’octave supérieure.

Pour la pile de bâtons – toutes les commandes sont explicites, à l’exception de celle « Chaos » qui ajoute progressivement plus d’intermodulation et d’octave supérieure au fur et à mesure que vous la composez. Cela signifie qu’à pleine CCW, vous avez des tonalités plutôt grondantes et menaçantes qui deviennent de plus en plus brûlantes et écrêtées à mesure que vous composez le Chaos.

Chacune de ces pédales offre un paysage sonore très distinct et individuel – et n’est certainement pas destinée aux personnes à la recherche de sons de fuzz classiques – mais plutôt aux bruiteurs, aux expérimentateurs et aux fans de saveurs lourdes de toutes sortes – pour la guitare et la basse.

Les fuzz sont censées être amusantes et stimulantes dans une égale mesure – et ces deux-là correspondent parfaitement à la facture. Le défi majeur avec chacun est d’essayer de décider quels sont vos paramètres préférés. En fait, pour moi, c’est un processus presque continu de peaufinage des cadrans et d’exploration de différentes parties des sorties des deux pédales.

Je suis ravi d’avoir ces deux fuzz dans la collection de référence – car même si j’en possède plusieurs centaines – aucune ne sonne exactement comme celles-ci !

Ceux-ci ne seront pas pour tout le monde – car ils vous font travailler un peu pour atteindre les différents sweet-spots – mais lorsque vous atteignez ces sommets, ils gagnent vraiment leur valeur !

Voici les détails individuels :

Laisser un commentaire

10 + 4 =