Snowy White explique ce qu’il n’aimait pas à propos des Stratocasters Fender et pourquoi il préférait Gibson Les Pauls

Le légendaire guitariste rock Snowy White a parlé de ses préférences pour les guitares Gibson Les Paul et pourquoi il n’a pas toujours aimé les Fender Stratocaster. Mieux connu pour son travail avec Thin Lizzy, Roger Waters et ses concerts de session occasionnels avec Pink Floyd et les membres individuels du groupe, White s’est assis avec Guitar World pour discuter des spécificités de ses goûts à 6 cordes. Interrogé sur sa célèbre Goldtop Les Paul et comment il l’a obtenue, White a répondu :

« Je suis tombé sur le Goldtop alors que j’étais en Suède avec mon premier groupe, Train. J’avais déménagé là-bas quand j’avais tout juste 17 ans, et à l’époque, je jouais sur une Strat que mes parents m’avaient offerte quand j’avais 10 ans. Bref, on répétait, et le batteur de Train savait que j’allais aspirais à une Les Paul et que je n’aimais pas la Strat.« 

« Alors, il a dit: » Écoutez, j’ai un ami qui a cette Les Paul sous son lit depuis des lustres et il envisage de la vendre. Dois-je vous mettre en contact ? J’étais assez excité d’entendre cela, et j’ai dit : ‘Allez-y alors, jetons un coup d’œil.’ Alors, je l’ai fait, et ce gars a sorti la guitare de sous son lit, et comme le destin l’aurait voulu, il y avait ma Les Paul.

Alors, qu’y avait-il dans la forme légendaire du corps à pan coupé unique et d’autres caractéristiques de Les Paul qui ont fait de lui l’un de leurs utilisateurs les plus célèbres ? Il dit:

« Maintenant, je dois dire que je ne connais vraiment rien aux guitares [laughs]. Tout ce que je savais alors, c’est ce que je sais maintenant : je voulais une Les Paul. J’ai adoré leur apparence et j’ai pensé qu’ils sonnaient bien mieux que ma Strat. Quand je l’ai ramassé, comme je m’en doutais, ça sonnait bien, alors je lui ai échangé ma Strat et 120 £ pour la Les Paul.« 

« Je pense que j’ai emprunté de l’argent à mon père la dernière fois que j’étais en Angleterre, et ma petite amie suédoise a également mis de l’argent pour ça. J’ai eu de la chance car il s’est avéré être une guitare fantastique. Bien sûr, je ne le savais pas à l’époque… Pour tout ce que je savais, ça aurait pu être des ordures [laughs].”

Une autre chose pour laquelle Snowy White était connu, c’est qu’il n’aimait pas particulièrement les Fender Stratocaster. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il n’aimait pas chez eux, il a simplement répondu « Tout » et a ensuite ajouté :

« Je n’aimais pas son poids. Je n’aimais pas le son – je ne pouvais pas en tirer les sons que je voulais. De plus, j’ai trouvé que c’était un peu fragile. J’ai commencé à frapper ma guitare assez fort, et je ne pensais pas que la Strat pouvait le supporter. J’ai aussi aimé ce son chaleureux de Les Paul, qui est la principale raison pour laquelle je voulais cette chose. Donc, c’était une décision facile pour toutes ces raisons.

Au fur et à mesure que la carrière du jeune White progressait, il s’intéressait de plus en plus aux Les Paul. Mais comment ont-ils fini par façonner son ton général? Ce n’est peut-être pas la question la plus simple à répondre, mais il a proposé :

« C’est difficile à dire car je n’ai fait que jouer avec l’amplificateur jusqu’à ce que j’obtienne un son qui me plaisait. Mais je savais que Peter Green avait mal installé ses micros, ce qui lui donnait un son spécial. J’ai aimé ça, mais la guitare de Pete était en quelque sorte comme ça en permanence, et je ne voulais pas ça tout le temps, alors j’ai ajouté un interrupteur sur la mienne qui la mettrait hors phase. J’avais donc toute une gamme de changements de temps agréables et subtils avec lesquels jouer.

« Les sons que je recherchais étaient chauds et pas trop déformés. Je voulais ce ton agréable et chaleureux, mais il devait être assez propre. Je voulais aussi qu’il reste dans le milieu de gamme, avec juste une touche de réverbération pour l’adoucir comme je le voulais.« 

« Je suppose que j’étais toujours à la recherche de ce que j’appellerais un « ton doux », ce qui n’est pas toujours aussi évident ou facile à décrire. C’est un son avec juste ce qu’il faut d’aigus et de réverbération, et pas du tout déformé.

Et quel a été le premier enregistrement avec sa fidèle Gibson Les Paul Goldtop de 1957 ? White rappelle :

« Oh, c’est une bonne question. Personne ne m’a jamais demandé ça avant. J’ai fait une session pour une chanteuse qui s’appelle Linda Lewis ; la petite amie d’un ami appelé Jim Cregan. Elle faisait un enregistrement et m’a demandé si je voulais entrer et jouer sur quelques trucs.« 

« Peu de temps après mon arrivée en Suède, il est devenu évident que je devais être à Londres si je voulais faire quoi que ce soit. Alors, je suis allé à Londres, et peu de temps après – en 1969 – j’ai rencontré Jim et sa petite amie, Linda Lewis. Et plusieurs années plus tard, Linda enregistrait son album, ‘Plus une petite fille‘ – c’était la première session sur laquelle j’ai utilisé le Goldtop.

Au fil des ans, White a eu certaines des collaborations les plus impressionnantes du monde de la musique rock. Il est assez sûr de dire qu’il est l’un des grands les plus sous-estimés du genre.

Deux albums studio avec Thin Lizzy et une seule apparition sur l’album « Animals » de Pink Floyd – bien que juste sur une sortie spéciale de cartouche de 8 pistes – sont plus que suffisants pour le qualifier de « légendaire ». Cependant, White a également joué avec le groupe live de Roger Waters, Rick Wright de Pink Floyd, et même en tant que membre live de Pink Floyd.

Photos : Adrien Buss (Blanche Neige), Martin Taylor (Fender Highway 1 Stratocaster)

Laisser un commentaire

sept − 3 =