Kiss’ Tommy Thayer partage une opinion honnête sur Ace Frehley, nomme une chose qu’il aime à propos de « Burn » de Deep Purple

Récemment, Guitar World a publié une nouvelle interview avec le guitariste de Kiss, Tommy Thayer. En particulier, l’interview s’est concentrée sur les guitaristes qui l’ont aidé à façonner son son. Et, parmi un total de onze joueurs, il n’y avait nul autre qu’Ace Frehley, membre original de Kiss et l’un des guitaristes les plus influents des années 20.e siècle. Réfléchissant à l’impact d’Ace sur lui, Thayer a déclaré :

«Ace a évidemment eu une grande, grande influence sur moi et mon désir de jouer de la guitare. Quand j’ai commencé, j’ai découvert Kiss et j’ai tout de suite été attiré par leur look, leur son, et surtout, le jeu de guitare.« 

« Ace a joué dans un style Clapton/Page mais l’a fait sien. Ses solos de guitare sur les trois premiers albums, ainsi que « Alive! » de Kiss, étaient emblématiques, mélodiques et mémorables. C’est ce qui le rend, lui et son jeu, si spéciaux.

Parmi ces guitaristes se trouvait également Ritchie Blackmore, Thayer expliquant à quel point Deep Purple était important au début de sa carrière musicale. Cependant, comme il l’a souligné, il a commencé avec les formations MK II et MK III du groupe. Et « Burn » était l’un de ses premiers albums. Tommy se souvient :

« À cause de mon âge [62], j’ai d’abord été un fan de Deep Purple Mk II et III. J’ai eu l’album Burn quand j’avais 13 ans et que je jouais à peine de la guitare. Blackmore avait une merveilleuse façon de combiner des licks de blues fluides avec des pistes d’inspiration classique.« 

En approfondissant les détails de la musicalité de Blackmore, Thayer a également rappelé une chose en particulier qu’il aimait vraiment dans la chanson titre de l’album et ce n’est pas ce qui a attiré la plupart des autres fans de Blackmore. Il a continué:

« Sur la chanson ‘Brûler,‘, vous pouvez l’entendre basculer son sélecteur de micro entre les riffs – vous pouvez dire que c’était du coup et du feu, très vivant, très réel. Incroyable. »

La liste partagée par Thayer comportait également quelques noms qui ne sont pas considérés comme le courant dominant absolu parmi les fans de rock. L’un d’entre eux est Pat Travers, qui était important dans les années 1970 et au début des années 1980. Tommy a dit de Pat :

« Du milieu à la fin des années 70, j’écoutais une station de radio AM à Portland appelée KVAN ; ils ont joué toutes sortes de hard rock émergent et importé. Un jour, j’ai entendu une chanson de six ou sept minutes qui m’a complètement époustouflé.« 

« C’était un nouveau guitariste fougueux nommé Pat Travers, et la chanson s’appelait Hooked on Music, de son dernier LP intitulé Makin’ Magic, qui n’était disponible qu’en importation à l’époque. Je suis sorti et j’ai attrapé l’album et je n’ai pas pu m’arrêter d’écouter.« 

« J’ai adoré les voicings d’accords de Pat – je n’avais rien entendu de tel. Quelques mois plus tard, il joue à la Paramount à Portland. Il avait Mars Cowling et Tommy Aldrich – quel putain de groupe ! Le son était énorme : il jouait d’une Gibson Melody Maker à travers quatre Marshalls et une Leslie. J’étais accro.

Un autre nom quelque peu sous-estimé sur la liste était également Rick Nielsen de Cheap Trick. Il a dit de Rick :

« Dans la vraie tradition de Spinal Tap, j’ai choisi 11 joueurs, et ce 11ème est Rick Nielsen. Il est l’un des plus grands riff-masters et tunesmiths de tous les temps. Il a un style et une attitude qui remontent à la première fois où j’ai vu Cheap Trick en première partie de Kiss au Portland Memorial Coliseum en 1977. J’ai instantanément tout aimé chez eux, le look, l’énergie, les chansons, les guitares Hamer et les baffles en lambeaux de Sound City.« 

« Comme Pete Townshend, l’approche de Rick va du simple au brut ‘Bonjour‘ à l’épopée ‘La police des rêves‘ à la symphonie ‘Arrêtez ce jeu.‘ C’est sans conteste l’un de mes guitaristes préférés. »

Bien sûr, il y avait aussi Alex Lifeson de Rush sur la liste, avec Tommy expliquant :

« ‘Caresse d’acier‘ était le premier album de Rush que j’avais, et ‘Jour de la Bastille‘ était la chanson que j’ai essayé d’apprendre en premier. Alex Lifeson a joué de beaux riffs de guitare forts et lourds, tous transformés en chansons mélodiques avec des paroles de science-fiction folles. Alex avait les accords – je les appelle les « accords d’or », avec ces voicings bourdonnants et soutenus qui rendaient son jeu de guitare symphonique. Son son était riche.« 

« J’ai vu Rush jouer au Paramount Theatre de Portland au milieu des années 70 ; tu m’as accroché au bord de la scène, hypnotisé par ce que j’entendais et voyais. Alex était majestueux avec de longs cheveux blonds brillants et une frange, se balançant devant un mur de Marshalls et Hiwatts. J’ai alors réalisé : ‘C’est ce que je veux faire.’

Alors que Kiss entame lentement sa dernière tournée, un scandale a secoué la communauté Kiss après qu’Ace Frehley ait parlé des commentaires pas si flatteurs de Paul Stanley à son sujet. Pour ceux qui ne le savent peut-être pas, Stanley a expliqué que les membres originaux de Kiss n’étaient pas les bienvenus pour une représentation lors de leur cérémonie d’intronisation au Rock and Roll Hall of Fame 2014. Pour ajouter du sel à la plaie, il dit :

« Parce que nous étions trop fiers de cette formation, qui est Kiss, et qui est Kiss depuis 20 ans. Ce ne sont pas des nouveaux venus. C’est le groupe. Nous serons de retour dans les stades d’Amérique du Sud le mois prochain. Nous y étions il y a cinq mois. Nous étions au Japon. C’est le groupe qui a porté le drapeau et l’a porté, vraiment, à un autre niveau. C’est le groupe dont j’ai toujours rêvé que ce serait, et pour nous de monter sur scène… »

« Ils exigeaient, très honnêtement, que nous jouions avec les deux gars d’origine, Peter [Criss] et As [Frehley], et à ce stade, ce serait dégradant pour le groupe, et cela donnerait aussi de la confusion à certaines personnes. Parce que si tu voyais des gens sur scène qui ressemblaient à Kiss mais sonnaient comme ça, peut-être qu’on devrait s’appeler Piss.

Irrité par ces commentaires, Frehley a déclaré dans une interview :

« Mais en ce qui concerne ce qu’il a dit sur Howard Stern, je vais faire une déclaration à Paul Stanley dès maintenant. Et Paul, si vous n’écoutez pas, je suis sûr que l’un de vos associés du groupe KISS l’est. Et je vous dis que je veux mes excuses formelles pour ce que vous avez dit et une rétractation et des excuses dans les sept jours.« 

« Et si je ne comprends pas ça dans les sept jours, je reviens dans l’émission d’Ed Trunk et je vais raconter des choses que personne ne sait à propos de Paul et Gene que j’ai toujours gardées pour moi parce que je suis le le genre de gars qui ne parle pas de ça. J’aime parler de choses positives.« 

« Vous avez lu mon livre. Vous avez lu le livre de Paul. Vous avez lu le livre de Peter. Souvent, ces types jettent les gens sous le bus. Je veux dire, dans le livre de Paul, il a même jeté Gene sous le bus.« 

« Ce que j’ai essayé de faire, c’est d’avoir un livre amusant et divertissant avec des histoires intéressantes, et c’est comme ça que je suis. Je ne suis pas le genre de gars qui embrasse et raconte. Quand il s’agit de négativité, et nous avons tous fait des choses que nous regrettons au fil des ans, c’est là.« 

« J’ai un manuscrit de 120 pages que j’ai écrit après avoir terminé mon livre. Mon avocat l’a dans un coffre-fort. Dieu interdit qu’il m’arrive quoi que ce soit. Mon avocat est chargé de le communiquer au New York Times, Rolling Stone, API [sic]tout le monde.”

« Ainsi, ils ne peuvent pas m’intimider en essayant de me blesser ou en disant : ‘Tu ferais mieux de ne rien dire sur moi en direct à la radio.’ Parce qu’alors ils sont complètement foutus. Leurs carrières seront ruinées.

Photos : Ash Newell (Tommy Thayer live2012), Tilly Antoine (Ace Frehley 2008 (recadrée))

Laisser un commentaire

19 − 14 =