Les bassistes ont peut-être l’attitude la plus cynique de tous les musiciens qui viendront enfoncer les portes de votre studio – j’en ai un jour entendu un dire au producteur d’une session : « Avec quoi voudriez-vous que je joue – la batterie, la guitare ou le clic ? ». Malheureusement, le producteur était aussi le guitariste. Je suggère Valium, pour vous ou pour lui. Peut-être les deux. Faites-en définitivement les deux.

Quiconque ayant un minimum de connaissances en production musicale comprendra déjà à quel point le bon type de bas de gamme est vital dans une production finie. Une bonne ligne de basse « reliera sans aucun doute la pièce », pour citer un film bien connu.

Malheureusement, beaucoup d’entre nous, producteurs, sommes fréquemment confrontés à une situation de basse qui non seulement réorganise le feng-shui, mais s’accroupit et chie également sur le tapis métaphorique, il est donc sage d’avoir sa trousse à outils remplie de nombreuses stratégies de limitation des dégâts avant même en démarrant le DAW chaque fois que vous avez affaire à un bassiste « live ». Les morts sont beaucoup plus faciles.

Réglage. Certains considèrent cela comme essentiel. Le commentaire « Voulez-vous emprunter un tuner ? » au début d’une séance, cela peut avoir des résultats désastreux si l’artiste a ce que j’ai entendu appeler « peint sur les oreilles ». J’en ai généralement au moins deux branchés en permanence sur une sortie de rechange du mixeur, puis je donne à notre « gars » beaucoup de café fort afin que lorsque la nature appelle inévitablement, je puisse gérer le problème pendant qu’il filtre ses légumes verts.

Horaire. Un rôle essentiel pour tout bassiste. Vous savez que vous allez probablement éditer ces conneries, alors mieux vaut ne pas le laisser faire de sérieux déchiquetages. Assurez-vous d’avoir un clic ou une grille sur laquelle travailler, sinon vous serez déconnecté de tout type de masturbation sérieuse avec RSI pendant un certain temps encore. Les listes de lecture peuvent vraiment vous aider ici.

Son/Tonalité. Il n’est jamais facile de réussir, même avec les meilleurs joueurs. Mais avec un idiot incompétent avec une basse sans tête à 7 cordes, vous êtes quasiment foutu avant de commencer – réamplifier, réamplifier et réamplifier encore – pourquoi pensez-vous que les SVT sont si populaires ?

Si vous voulez vraiment avoir une vie facile, mon meilleur conseil serait simplement de trouver quelqu’un qui sait réellement jouer – il existe ! Mieux encore, utilisez un Moog 😉