Warren Haynes révèle une particularité de sa signature Les Paul et explique pourquoi il emmène autant de guitares en tournée

Lors d’une récente apparition dans le nouvel épisode de l’émission « Rig Rundown » de Premier Guitar, le leader et leader de Gov’t Mule, Warren Haynes, a partagé quelques détails sur la guitare et l’équipement qu’il emmène en tournée. Parmi beaucoup de choses qu’ils ont examinées, il y avait aussi son modèle signature Gibson Les Paul, populairement connu sous le nom de « Chester ».

Et tout en en discutant, il a également expliqué comment fonctionne l’une des fonctionnalités non standard de l’instrument. Interrogé sur cette Les Paul, Haynes a répondu (transcrit par Killer Guitar Rigs) :

« C’est mon modèle signature Les Paul qui est basé sur un corps ’58, un manche ’59, Burstbucker 1, Burstbucker 2 [pickups]… Mais la chose la plus unique à ce sujet est ce commutateur qui engage ce préampli tampon qui, lorsque vous baissez le volume, la tonalité ne change pas.

« Ainsi, vous pouvez l’avoir comme une Les Paul traditionnelle ou vous pouvez l’avoir où la tonalité ne change pas lorsque vous ajustez le volume. Donc, cela vous donne plus de variété.

Ce que Haynes explique, c’est qu’en mode normal, baisser le volume fonctionne comme d’habitude où vous pouvez même remarquer moins de gain lorsque votre distorsion est activée. Mais lorsque la mémoire tampon est activée, cela fonctionne comme si vous baissiez votre volume principal. Ainsi les caractéristiques sonores restent les mêmes, seul le volume global est affecté.

Cependant, comme il l’explique plus loin, il utilise toujours le mode conventionnel la plupart du temps. Il aime juste avoir plus d’options à sa disposition. Warren a poursuivi :

« La plupart du temps, je ne l’ai pas engagé. Je n’engage que si je suis très bas et que je veux récupérer les aigus. Sinon, j’ai tellement l’habitude de jouer de la Les Paul et je m’épanouis grâce à ce changement de tonalité. Mais cela vous donne juste beaucoup plus d’options. Et, vous savez, je joue des Les Paul depuis si longtemps que ça fait partie du vocabulaire, pour ainsi dire.

Lorsqu’on lui a demandé s’il s’agissait du même type de modèle de guitare que n’importe qui peut acheter, Haynes a répondu :

« C’est un prototype de la vraie guitare. Mais ouais. »

Il a en outre ajouté qu’il s’agissait de son instrument principal mais qu’il devait également emporter avec lui de nombreuses autres guitares en tournée :

« Et je joue de ces guitares plus que de toute autre chose. Même si je transporte beaucoup de guitares, elles sont pour la plupart destinées à des accordages différents. Et puis de temps en temps, certains d’entre eux juste pour obtenir un son différent. J’ai drop D, open D, open G, 12 cordes en open G, 12 cordes en drop D… A un moment, je transportais des guitares open A partout car c’est pénible de les changer pendant le spectacle. Parce que, comme vous le savez, les guitares mettent un peu de temps à s’installer.

« Et puis aussi, tous mes Firebirds sont réglés d’un demi-ton. Et j’ai une guitare qui est réglée d’un demi-ton avec la corde inférieure d’un ton entier supplémentaire que je joue sur la chanson « Bring on the Music ».

« J’ai deux accordages différents en Do ouvert. L’un a deux do en haut et un bourdon pour les deux premières cordes, et l’autre a un mi en haut, puis un do sur la deuxième corde.

« Donc, parfois, si j’écris quelque chose ou si nous enregistrons quelque chose dans un certain accord, j’ai besoin de cette guitare au cas où nous la jouerions. Mais nous ne jouons pas le même spectacle tous les soirs, nous jouons un spectacle différent tous les soirs. Et c’est en partie la raison pour laquelle je dois traîner toutes ces guitares, ce que je préférerais ne pas faire.

En allant plus loin dans ses guitares, Haynes a également évoqué son ES-335 et expliqué comment cela s’est passé :

« Il s’agit donc d’un modèle signature [ES-]335 que Gibson a fabriqué, qui est une copie de mon Dot-neck 335 de 1961. Et ils ont fait un travail incroyable. Quand je l’ai vu, je me suis dit : ‘Wow, c’est ma guitare.’ Il ressemble exactement à ma guitare. Le manche ressemble exactement à ma guitare. Et cela semble aussi similaire qu’ils pourraient le faire.

Interrogé sur les micros de cette 335, Haynes a répondu :

« [They copied] les PAF d’origine. Il a le micro le plus récent, mais vous savez que je n’ai pas le ’61 avec moi sur la route, je le laisse à la maison, mais celui-ci sonne et joue vraiment comme ma guitare.

Après avoir joué quelques coups de langue, Haynes a ensuite ajouté :

« Vous pouvez entendre la différence dans le fonctionnement du micro des graves et du micro des aigus sur ces guitares. Ils sont très différents les uns des autres. Vous devez aimer les mélanger pour obtenir beaucoup de sons sympas.

Laisser un commentaire

douze − deux =