J Rockett dévoile son interprétation sonore Airchild SixSixty du légendaire limiteur/compresseur à lampes Fairchild 660 des années 1960.

Pour une raison quelconque, je n'ai pas reçu de communiqué de presse pour celui-ci – ce qui est inhabituel pour J Rockett, car j'ai collaboré assez étroitement avec cette marque ces derniers temps – il s'avère que mon lien principal, Zac, ne supervisait pas cette version – et donc J'ai été oublié ! Et tandis que dans les autres documents de la version, et dans le manuel en particulier, une grande partie est faite de l'héritage de l'inspiration la plus appréciée des compresseurs de studio des années 60, il n'y a aucune mention appropriée de la façon dont J Rockett a réussi à reproduire un circuit aussi complexe dans un si petit espace. enceinte. De toute évidence, un circuit intégré / Opamp adopte le format Tube – qui était de nature incroyablement complexe. Et bien sûr, la variante J Rockett est davantage une récréation sonore/similaire.

Le limiteur/compresseur à lampes monocanal Fairchild 660 original des années 1960, dont seulement environ 1 000 unités ont été fabriquées, était composé de pas moins de 12 lampes RCA 6386 et de plusieurs transformateurs à remontage manuel – avec une augmentation de gain d'environ 8 dB. Le modèle Dual Channel / Stereo 670 était encore plus extrême avec 20 de ces tubes RCA 6386, 11 transformateurs à remontage manuel et 2 inductances. Il pesait également une tonne soit près de 30kg ! Indépendamment de ces statistiques importantes – c'étaient de loin les compresseurs de studio préférés des années 60 et 70 – où Abbey Road Studios en possédait 8 ou 10, et Capital Studios en a également déployé un nombre important.

Il y a beaucoup de choses dans les différents textes d'accompagnement qui décrivent la clarté du taux de compression de 2-1 et du taux de limitation de 30-1 de l'original – alors qu'il était surtout connu pour ajouter une certaine texture harmonique/richesse sonore/ou « grognement » même à le résultat. Et n’avait certainement pas le même degré de transparence que les compresseurs optiques ultérieurs. Le 660/670 a plutôt ajouté au signal des qualités de couleur et de signature très reconnaissables.

Les unités 660 d'origine coûtent aujourd'hui plus de 20 000 $ pièce – et les 670 coûtent bien plus ! Il y a actuellement un 660 sur Sweetwater pour 25 000 $.

Donc, recréer ces nuances harmoniques caractéristiques de l'original poserait sûrement des défis importants – et il serait intéressant de voir une comparaison en studio entre le nouveau et l'ancien à un moment donné sur l'ensemble de ces appareils.

Contrôles – Sortie (Niveau), Tonalité (Tilt EQ), Blend (Parallel Dry Blend), Seuil (Taux de compression/Degré).

Avec Blend et Threshold réglés à fond, l'Airchild permet un boost harmonique très expressif. Hélas, il n'existe pas de statistiques appropriées citées dans la littérature concernant la plage de gain en dB ou la proximité de la plage de compression/limitation par rapport à l'original.

Pour introduire les éléments d'amélioration harmonique dans un format compact (sans tous ces étages à tubes), j'imagine qu'il faudrait une utilisation intelligente de diodes d'écrêtage spécialement sélectionnées et d'amplis opérationnels en cascade dans le circuit, mais comme mentionné – aucune littérature n'explique vraiment comment J Rockett s'est mis à reproduire entièrement cet étage à 12 tubes et cet enrichissement de tonalité à transformateurs multiples. Il n'indique même pas s'il y a une sorte de transformateur audiophile à bord – mais que J Rocket a déjà déployé dans certaines de leurs conceptions de circuits. Je comprends bien la nécessité d'un certain degré de secret pour préserver l'avantage concurrentiel. Mais j’aurais aimé avoir quelques aperçus du processus de réplication sonore.

La grande question ici est vraiment de savoir dans quelle mesure cette pédale Airchild SixSixty parvient-elle à recréer pleinement la magie du Fairchild 660, et s'il est même tout à fait possible de recréer avec précision un circuit aussi vaste et complexe dans un format aussi compact. J'aurais vraiment aimé avoir plus d'informations sur le développement et l'ingénierie de la pédale.

Même si l'Airchild SixSixty parvient à reproduire sonorement l'original – il ne fait aucun doute que son rapport qualité-prix est exceptionnel – pour seulement 229 $ – disponible assez largement maintenant, y compris sur Sweetwater.

Je suis en fait très heureux de voir une autre pédale de compresseur unique sur le marché – où beaucoup ont dit qu'il n'était pratiquement pas possible de recréer la 660 dans un si petit boîtier. Le paysage des pédales de compresseur n'a jamais été aussi vaste – et il existe désormais de nombreux représentants supérieurs de ce genre – avec plusieurs innovations survenues au cours des deux dernières années seulement.

Personnellement, je suis toujours fermement attaché à mon JA Bloom – en partie à cause de sa topologie de contrôle et de cas d'utilisation – et aussi à cause de sa nature très granulaire 3-en-1 – où j'utilise toutes les facettes de cet ensemble de fonctionnalités à tout moment. .

C'est certainement agréable de voir enfin une pédale représentative du Fairchild 660 – et je suis sûr que le débat sera long et dur sur le mérite de cette exécution particulière. Je suis fan de J Rockett depuis longtemps – et Jay a certainement une merveilleuse oreille pour le ton !

Et j'adore ces boutons de style Marconi/Neve. Cela ressemble à une exécution très digne d’un circuit difficile. Et j’aimerais bien sûr entendre vos propres opinions ici aussi ! Quoi qu'il en soit, j'aime le fait que nous, fans de pédales, ayons désormais la possibilité d'opter pour un compresseur de style/sonorité Fairchild 660. Ce sera intéressant de voir si quelqu'un d'autre relève le défi !

Laisser un commentaire

11 + 13 =